« La langue de la République est le français ». Cette notion est introduite dans la Constitution française en 1992.

 

C’est sur ce fondement que s’appuie la Loi du 4 aout 1994 dite ‘loi Toubon’, ministre de la culture et de la francophonie de l’époque, relative à l’emploi de la langue Française et ironiquement appelé loi ‘All good’. L’idée de base était de protéger la langue comme « un élément fondamental de la personnalité et du patrimoine de la France ».

 

L’article 2 de la loi dispose que « Dans la désignation, l’offre, la présentation, le mode d’emploi ou d’utilisation, la description de l’étendue et des conditions de garantie d’un bien, d’un produit ou d’un service, ainsi que dans les factures et quittances, l’emploi de la langue française est obligatoire.

Les mêmes dispositions s'appliquent à toute publicité écrite, parlée ou audiovisuelle. »

 

Dans le cas ou une langue étrangère serait utilisée, la loi dispose que celle-ci doit être traduite, « la présentation en français devant être aussi lisible, audible ou intelligible que la présentation en langue étrangère. » Pour le secteur de la publicité, il semble que cette disposition soit applicable quelque soit le support, ce qui pose quelques problèmes, notamment et compte tenu de son caractère universel, sur internet.

 

Ces principes ont été mis à mal, le conseil constitutionnel ayant estimé que ces dispositions étaient contraires à la liberté de pensée et d’expression.

 

Si la pratique suivait plus ou moins les dispositions de la loi Toubon, il semblerait que depuis quelques mois ce soit moins que plus. L’utilisation du Français est contrôlée par la DGCCRF, le BVP (Bureau de Vérification de la Publicité), le CSA et les associations de défense de la langue française. L’emploi de la langue française n’est plus dans les priorités et la souplesse est visible sur les écrans, le net et les affiches. A titre d’exemple, le site de KFC, célèbre distributeur de Poulet du Kentucky ne fait pas de sentiments vis-à-vis de cette loi sur son site français avec ses « Taste the difference, finger lickin go, herbs + spices, flavour, … »  et le tout sans traduction bien évidement.

Autre support, autre exemple, dans le métro Parisien en ce moment vous pouvez lire « Trust, Holly Bible, the apocalypse tour », jeux de mots, effets visuel, créativité, certes mais le tout sans traduction, en un coup d’œil le non initié et/ou non anglophone ne comprendra peut être pas qu’il s’agit de la tournée du groupe pourtant bien français ‘Trust’. Contre exemple sur l’affiche suivante « Burn energy drink » où l’annonceur a explosé son budget en se payant les services d’un traducteur et en ajoutant en petits caractères « boisson énergisante ».

 

Au final il semble donc que les règles de la loi Toubon (toujours en vigueur) soient appliquées avec de plus en plus de souplesse, les termes étrangers étant de plus en plus visibles dans l’espace public et les traductions de plus en plus absentes, sorry Mr Allgood ;-(

Tag(s) : #Net

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :